Timing

Le « timing » pour un moteur électrique est similaire au « timing » pour un moteur thermique.

Le moteur électrique possède un ensemble d’aimants attachés à la partie tournante du moteur. Les aimants sont disposés avec les polarités alternées (N/S/N/S/N/S). Le moteur possède également des électroaimants fixes, habituellement 3. Les électroaimants sont mis sous tension par le contrôleur du moteur dans un ordre spécifique qui magnétiquement poussent/tirent les aimants fixes et fait tourner le moteur. Les électroaimants sont mis à « on » et « off » à intervalles et durées de temps contrôlés avec précision. Le « Timing » fait référence au moment ou un électroaimant doit être mis à « on » en fonction de la position relative des aimants attachés à la partie tournante.

Vous pouvez ajuster le timing afin d’obtenir un meilleur couple ou une vitesse plus élevée ou un meilleur rendement.

La meilleure option est habituellement de laisser le paramètre sur défaut/normal timing.

Fréquence de découpage : 8khz ou 16khz ?

Merci à Franck A. de Pau pour les explications suivantes :

« Cette fréquence correspond à la régulation de tension aux bornes du moteur (PWM), ce qui permet de moduler sa puissance. Le principe consiste à envoyer le courant par très brèves impulsions, leur fréquence étant fixe (8khz = 8000 impulsions par seconde) tandis que leur durée varie de 0 à 100% du cycle (à 8KHz, 1 cycle = 1/8000° de seconde).
Plus d’infos ici : http://wapics.free.fr/lrk/BrushlessBLDC.doc

Voilà pour le principe. Dans les faits, augmenter la fréquence de découpage est censée améliorer le rendement du moteur et sa souplesse de fonctionnement, mais c’est l’inverse sur certains moteurs. Dans tous les cas, cela ne joue que sur quelques % de rendement, il faut donc utiliser des outils de mesure : compte-tour, wattmètre, et DriveCalc ou autre pour déduire le rendement.