Ma démarche

Il y a quelques jours une personne m’a demandé de lui expliquer la façon dont je « travaille » sur mes dessins, comment je gère les droits vis-à-vis de Moulinsart et si j’ai déjà eu des problèmes avec eux. J’ai donc décidé de prendre la « plume » pour expliquer tout cela.

Plutot que de commencer par la partie dessin, je commencerai par la partie Moulinsart car la réponse est courte.
Depuis mes premières esquisses de Tintin en 2003, je n’ai jamais été contacté par Moulinsart et n’ai jamais eu de problèmes avec eux.
Il faut dire que mes réalisations sont peu nombreuses.

Pour la partie légale vis-à-vis des droits, les mauvais echos de différentes affaires m’ont poussé à effectuer quelques recherches sur internet. N’étant pas avocat ou juriste, j’ai retenu que :
- Dans le cas d’un pastiche, qui est l’imitation de l’oeuvre originale d’un auteur et non plus simplement l’imitation de son style, il convient de citer le nom de cet auteur et le titre ou les références de l’oeuvre pastichée. Ceci afin de ne pas être taxé de contrefaçon.

« Par T.B. à la manière d’Hergé. » et « D’après les personnages d’Hergé (Les aventures de Tintin, Quick et Flupke, etc…) » me paraissent être de bonnes formulations.

- Deuxième point important, il faut éviter tout agissement parasitaire. Desuite c’est plus technique !
Si j’ai bien compris, il faut qu’un public moyennement attentif fasse la différence entre le pastiche et l’oeuvre originelle et ne pas réaliser des économies injustifiées. Pour ce dernier point c’est simple, je ne vends rien et n’ai rien à vendre.
(Pour ceux que cela intéresse je vous renvois à la page http://www.concurrence-deloyale.info/faits-constitutifs-d-agissements-parasitaires.html)

Je ne vais pas épiloguer sur cette partie car, comme je l’ai déjà dit, je ne suis pas juriste et mes réalisations sont peu nombreuses.

Passons donc à la partie qui doit être la plus intéressante : Le dessin en lui même.

Avant d’attaquer la technique, il faut savoir que ma vie de « dessinateur amateur » peut se résumer en 2 périodes. De 2003 à 2008/09, et de 2008/09 à aujourd’hui.
Ces 2 périodes correspondent à des façons de travailler différentes.
Durant la première période je réalisais tout à la tablette graphique : le crayonné, l’encrage, la mise en couleur.
De cette époque il ne reste pas grand chose, à par peut-être le dessin ci-dessous qui reprend à lui seul ces 3 étapes.
Je ne jugerai pas de la qualité de ce Tintin avec 4 ans de recul, mais l’important est de retenir qu’il a été entièrement fait à la tablette graphique.

TB : Crayonné, encrage et mise en couleur réalisés à la tablette graphique

TB : Crayonné, encrage et mise en couleur réalisés à la tablette graphique

Vers 2008/09 j’ai décidé d’abandonner en partie cette fameuse tablette graphique pour passer à quelque chose d’un peu plus traditionnel.
Voici aujourd’hui la technique que j’utilise. Et plutôt que de longues explications je vous livre les différentes étapes de mon travail avec quelques archives pour les illustrer.

Etape 1 : Le découpage

Il est réalisé sur des feuilles A4 sur lesquelles sont imprimées les délimitations de mes strips.

1-tb-decoupage

Etape 2 : Les crayonnés

Fini la tablette graphique, je réalise maintenant mes crayonnés à l’aide d’un crayon, d’une gomme et de papier !

2-tb-materiel3-tb-crayonne-32b3

Etape 3 : La mise en page

Pour cette étape les crayonnés sont numérisés et tout se fait à l’ordinateur sous le logiciel Gimp. Mon réel problème à ce stade est de garder de la place pour les bulles des textes.

4-tb-mise_en_page

Etape 4 : Les bulles et les textes.

Je continue sous Gimp. Dans la panoplie des brosses je me suis créé des brosses en forme de bulles. Une fois celles-ci positionnées et les textes saisis je termine par les « flèches » des bulles.

5-tb-bulles

Etape 5 : Première impression.

Une première impression de la page me permet de repérer divers problèmes comme des erreurs de dessin et des erreurs de proportions. En fonction de la gravité du problème je peux, soit partir sur un nouveau crayonné dans le cas d’une vignette de trop mauvaise qualité, soit corriger à l’ordinateur quand il s’agit d’erreurs de proportions.

6-tb-impression

Comme vous êtes observateurs, vous vous êtes aperçus que la mise en page obtenue pour cette page ne correspond pas au découpage initial.
Il manque carrément tout un strip !
Et oui, je n’arrive pas toujours au résultât escompté.

Etape 6 : L’encrage

J’ai bien tenté la plume et les feutres, mais les résultâts obtenus ne m’ont pas incité à continuer dans cette voie.

7-tb-feutres

Je continue donc à privilégier l’ordinateur.

8-tb-encrage

On pourrait penser qu’il ne reste plus qu’à repasser sur les crayonnés mais, de temps en temps, il m’arrive d’en profiter pour modifier une tête par-ci ou une main par-là.

Etape 7 : L’impression finale.

La page entièrement encrée est imprimée et mise de côté. Je procède ainsi car, à ce stade, ma vision n’est plus objective et ne me permet pas de juger de la qualité du travail fourni. Ce n’est qu’au bout de quelques semaines que je reviens dessus pour porter un jugement définitif. Soit tout va bien et je m’arrête là, soit quelque chose me gène et je retourne à l’étape 5 ci-dessus.

9-tb-impression_finale

Et la mise en couleur me direz vous ?
Il m’est arrivé de faire quelques essais de mise en couleur, mais je n’ai clairement pas le temps de m’en occuper donc cela reste quelque chose d’occasionnel.

10-repos

2ième essai d’encrage avec des feutres.

Pour ce deuxième essai, j’ai pris le feutre Sakura pigma brush et du papier calque ordinaire.

Feutre Sakura pigma brush

Feutre Sakura pigma brush


Comme pour les feutres « graphic » ou « micron », l’encre sèche de manière quasi instantanée.
Sur du papier « classique » nous obtenons un beau noir bien profond, par contre sur du papier calque nous naviguons du noir au gris foncé.
Le gros avantage de ce feutre est qu’il est équipé d’une pointe souple.
En fonction de la pression exercée, il est possible d’obtenir des lignes plus ou moins fines.

OB

46 pages et 517 vignettes

46 pages et 517 vignettes


C’est fait, le dernier crayonné vient d’être terminé.
Ce 9 août 2011 est à marquer d’une pierre blanche car il marque la première grande étape de ce projet.